Linkedin
Analyse mouvements

La fleur de lotus s’ouvre et se ferme – Qi gong Yang

La fleur de lotus s'ouvre et se ferme - Qi Gong Yang

“La fleur de lotus s’ouvre et se ferme” est tout d’abord une image signifiante. Cette image est ensuite un support pour ressentir progressivement les mouvements d’expansion et de réunion de l’entièreté de l’être. La fleur de lotus, d’un point de vue symbolique, est, en Orient, l’équivalent de la rose en Occident.

La fleur de lotus s’ouvre et se ferme : contexte

Les arts internes privilégient par ailleurs le travail intérieur (nei gong). La première étape du travail intérieur est le travail du souffle (qi gong). Dans son cercle d’élèves proches, le Professeur Men Hui Feng enseignait un système de nei gong tout à fait remarquable. Ce système s’inspire en outre de la voie du corps et de l’esprit (xingyiquan). La première série est ainsi un ensemble de cinq mouvements (wu gong). Ces cinq mouvements sont très simples dans leur forme extérieure. Ils sont néanmoins extrêmement riches d’un point de vue des possibilités de travail intérieur.

Une méthodologie extraordinaire

Ces cinq mouvements sont : posture wuji, posture de l’arbre, la fleur de lotus s’ouvre et se ferme, réunir la Terre et le Ciel et la quintessence. Le Professeur Men Hui Feng a créé cette méthodologie extraordinaire du travail intérieur pour les cinq styles majeurs de tai chi chuan : Yang, Chen, Sun, Wu, Wuhao. J’ai reçu son enseignement pendant une douzaine d’années. J’approfondis cette pédagogie depuis plus de vingt ans. Les milliers d’élèves à qui j’ai enseigné dans divers contextes m’ont permis de la compléter et de l’enrichir.

La fleur de lotus s'ouvre et se ferme - Qi Gong Yang La fleur de Lotus s'ouvre et se ferme 2 - Qi gong Yang

La fleur de lotus s’ouvre et se ferme : description

On se place dans la posture de l’arbre. Avec un mouvement lent et continu on ouvre et on ferme les bras. La posture de l’arbre permet d’aligner et d’ouvrir les régions du ventre, de la poitrine et de la tête. Dans la tradition taoïste, ces trois régions sont dénommées “champs de cinabre”. La référence au cinabre (sulfure de mercure) évoque les pôles Yin (mercure) et Yang (soufre) du tai chi. Ces lieux sont fondamentaux dans les processus de transformation intérieure. Le dos est bombé et la poitrine légèrement rentrée. L’imagination joue un rôle essentiel. Le pratiquant imagine – et devient – une balle qui se gonfle et se dégonfle. Le tai chi est en fait une succession de mouvements d’expansion et de rassemblement.

Pour approfondir

Crédit photo : Almereca