Linkedin
Analyse mouvements

Posture Wuji en style Sun : une disposition intérieure

posture wuji style Sun

Posture Wuji en style Sun : description

Posture Wuji : l’une des plus importantes pour Sun Lutang, le fondateur du style Sun de tai chi. C’est en fait l’état naturel avant de commencer la pratique. Tout d’abord, le corps ne fait aucun mouvement. Ensuite, le regard s’ouvre sans se fixer sur un objet en particulier. Progressivement, l’esprit se vide de toute pensée. Le pratiquant se connecte ainsi à ses ressources profondes. Il s’immerge dans son environnement.

posture wuji style Sun

La base est avant tout très stable. Pour ce faire, les pieds forment un angle de 90 degrés. Le corps est droit. Les coudes et les genoux sont souples (articulations non verrouillées). Les épaules sont détendues.

Posture Wuji en style Sun : indications complémentaires

« Wuji », c’est le « sans faîte » ; « taiji », c’est le « faîte suprême ». Les anciens textes chinois affirment : « le faîte suprême provient du sans faîte ». Comment comprendre, vivre et interpréter cela ?

Comme le son trouve son origine dans le silence, le mouvement trouve la sienne dans le non mouvement. Il s’agit en fait de retourner à une sorte d’indistinction originelle. Le pratiquant trouve ainsi en lui la « source » de l’énergie primordiale.

D’un point de vue postural, l’élève répartit son poids corporel sur l’ensemble de la surface de son pied. Il perçoit les appuis osseux au sol et à partir de là son squelette entier. Alignement et verticalisation s’ensuivent. Il se ressent véritablement « trait d’union entre Terre et Ciel ». Centré, il assiste à l’éclosion d’un espace intérieur qu’il habite. Il a l’impression de devenir une sphère élastique. Cette sensation d’unité passe par une intégration au niveau des tissus conjonctifs.

Toute forme de tai chi commence et se conclut par la posture Wuji. La posture Wuji est donc l’origine mais aussi la finalité du tai chi. La recherche de vacuité montre que l’accès à l’essentiel s’obtient en abandonnant l’accessoire. En renouant avec le chaos – entendu comme matrice de tous les possibles – l’être humain favorise un ordre émergeant. La pratique du tai chi vise à la mise en évidence du déjà-là. Elle guide vers l’authenticité plutôt que vers l’artificialité.

Accompagner le flux

La posture Wuji potentialise finalement tous les (dés)apprentissages pour aboutir à un état de vacance incorporé. Cette disposition intérieure permet d’accueillir et d’accompagner ce qui vient en conscience et avec bienveillance. Wuji est en somme un état de lâcher prise dans lequel l’adepte est prêt à répondre dans l’instant et de la manière la plus appropriée. En effet, il est en phase avec le flux des événements. En dépassant l’illusion de l’être pour devenir, il acquiert une profonde sérénité.

Pour approfondir

Crédit photo : Almereca