Linkedin
Analyse mouvements

Posture de l’arbre : ancrage, axe, espace

posture de l'arbre 4

La posture de l’arbre est en fait la posture matrice. Elle engendre toutes les autres postures. Toutes les autres postures découlent donc d’elle. Elle se pratique néanmoins de manière un peu différente dans chaque style. Il y a cependant nombre de points communs. Dans chaque style, la posture de l’arbre développe tout d’abord l’ancrage. Elle aide ensuite le pratiquant à retrouver son axe et à s’aligner. Elle lui montre enfin comment développer l’espace intérieur.

Posture de l'arbre 5

Description

Les pieds sont parallèles, à la largeur des épaules. Les genoux sont fléchis. Le pratiquant s’assied dans son bassin, comme si ses fesses étaient posées sur un tabouret. Sa colonne vertébrale est étirée vers le ciel. Dans le style Wuhao, les bras sont arrondis en face de la poitrine. Les paumes des mains, à hauteur du cou, sont tournées vers le ciel.

Les trois régions du corps (bassin, poitrine, visage) sont ouvertes. Ces trois lieux sont appelés ” champs de cinabre”  dans la tradition taoïste. Dans ces trois “terres de transformation”, l’adepte réalise l’union des complémentaires opposés (tai chi).

Compléments

La posture de l’arbre est fondamentalement une recherche d’équilibre sur tous les plans. Le pratiquant a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. La posture n’est ni trop ouverte, ni trop fermée. Les genoux sont fléchis sans exagération. Tonus et détente s’harmonisent ainsi pour créer une souplesse moelleuse. La colonne vertébrale est étirée souplement : ni affaissement, ni raideur. Le regard exprime une présence douce sans flottement, ni concentration figée. L’attention est à la fois tournée vers l’intérieur et vers l’extérieur.

Le dos légèrement bombé et la poitrine un peu rentrée est une position typique de tous les arts internes. Cet élément clé permet à la respiration et au souffle de descendre. Les mains, telles des antennes paraboliques, sont orientées vers le ciel. À part la position des bras et des mains, le reste de la posture ressemble à la posture de l’arbre en  style Yang, en style Chen, en style Wu. Cependant, le pratiquant avancé perçoit bien que chaque posture dans chaque style est un ensemble. L’orientation des paumes vers le ciel change complètement tout le reste de la posture.

Pour approfondir

Articles corrélés : L’arbre – Qi gong Yang