Linkedin
Analyse mouvements

Mouvoir les mains comme des nuages Chen

Mouvoir les mains comme des nuages Chen

L’ancrage est une caractéristique de tous les styles de tai chi chuan. Dans le style Chen, le lien à la terre est particulièrement évident. Les classiques du tai chi chuan nous recommandent ainsi d’être lourd sans être empesé tout en étant léger sans être flottant. Cette lourdeur dans le bas du corps permet donc une grande légèreté dans les mouvements des bras. Les mains se meuvent alors avec la rondeur et la légèreté des nuages.

Mouvoir les mains comme des nuages Chen Mouvoir les mains comme des nuages Chen Mouvoir les mains comme des nuages Chen Mouvoir les mains comme des nuages Chen Mouvoir les mains comme des nuages Chen Mouvoir les mains comme des nuages Chen Mouvoir les mains comme des nuages Chen Mouvoir les mains comme des nuages Chen Mouvoir les mains comme des nuages Chen

Description

  • ouverture
  • tourner la taille vers la droite en amenant la main droite à hauteur de l’épaule et la main gauche à hauteur du bas-ventre comme si on poussait sur le côté (paumes vers l’extérieur)
  • tourner la taille vers la gauche afin de prendre la même posture de l’autre côté
  • continuer à passer alternativement d’une jambe sur l’autre en poussant sur les côtés
  • fermeture

Compléments

Dans cette technique, comme dans les autres, le pratiquant veille aux trajets des forces. L’énergie prend racine dans un pied, se développe dans la jambe est guidée par la taille et s’épanouit dans les mains. Le pratiquant peut utiliser les images des peintures classiques. Le bas de son corps est solide comme une montagne, sa taille est fluide comme l’eau et ses mains légères comme des nuages.

On peut s’exercer avec un seul bras. Cela permet de bien percevoir l’ouverture de l’aisselle, celle du coude entraînant la rotation de l’avant-bras suivie de la fermeture de l’aisselle et du coude provoquant un mouvement spiralé dans l’avant-bras. Le pratiquant se concentre alors sur les deux mouvements spiralés inverses qui s’enchaînent. La coordination des deux bras engendre une sensation d’harmonie extraordinaire.

L’adepte est attentif à ce que les mouvements du souffle soutiennent (puis induisent) les gestes extérieurs. Les expansions/concentrations du souffle ouvrent et ferment la cage thoracique. Le pratiquant imagine et perçoit une balle sous l’aisselle. Celle-ci se gonfle et se dégonfle avec le mouvement interne du souffle et de l’intention.